• Une larme m'a sauvée Angèle Lieby

    arton2443
    Les arènes
     
    Lundi 13 juillet 2009, Angèle Lieby, 57 ans, se lève à 4 heures du matin et se prépare pour rejoindre l'entreprise dans laquelle elle travaille, située à une vingtaine de kilomètres de son domicile, dans la banlieue de Strasbourg.
     
    Ces derniers jours, des petits riens l'ont intriguée: un petit mal de gorge, une fatigue et un dégoût pour l'ananas.
     
    Et voilà que sur le parking de l'entreprise, Angèle ressent des picotements au bout des doigts, une douleur sur les jointures et très vite, surgit un violent mal de tête qui l'oblige à rentrer chez elle.
     
    Les cachets ne la soulageant pas, Ray son mari, appelle le SAMU et Angèle est transportée à l'hopital.
     
    Et là tout s'enchaîne...
     
    Angèle est placée dans un coma thérapeutique afin de lui sauver la vie d'abord.
     
    Quelques jours plus tard, les médecins n'arrivent plus à la réveiller malgré toutes les stimulations.
     
    Et pourtant, Angèle est non seulement vivante mais parfaitement consciente.
     
    Elle raconte ici son expérience, celle d'une femme enfermée dans son propre corps qui entend tout, ressent tout, sans pouvoir réagir.
     
    Un témoignage exceptionnel qui fait d'Angèle, la porte-parole des non-communicants.
     
    Une incroyable leçon de vie, d'amour et de courage.
     
    "Je suffoque.Que font-elles? Pourquoi ne m'anesthésient-elles pas? Mon âme hurle, et ce cri silencieux est le plus désespéré qui soit[...]Comme je voudrais vomir, pleurer, gémir, hurler, taper...[...] Mais je reste toujours aussi tranquille, impassible, apparemment consentante, aussi inerte que le tronc sur lequel la tronçonneuse s'acharne. Tant que l'arbre ne crie pas, le bûcheron scie..."
     
     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :