• Un caillou dans la chaussure Mathieu TAZO

    zoom

    Daphnis et Chloé

     

    "Parler à voix haute de ce drame était une bonne thérapie et, à mesure que mes mots s'envolent, ils tirent sur ce fil tressé de vrai et de faux qui me relie à cet acte singulier d'avoir tué un homme"

     



    Dimanche 3 août 2014, Samuel Marion, trente-neuf ans est assis sur un rocher surplombant Barjance, un petit village ensoleillé de l'arrière-pays varois.
    Durant de longues heures, il  confesse à voix haute, le meurtre non élucidé qu'il a commis il y a  vingt-cinq ans dans ce même village et les événements récents qui l'ont conduit sur ce rocher.


    Samuel Marion est licencié d'un  emploi dans un ministère à Paris et son père vient de mourir.
    Que faire sinon retourner à Barjance, avec sa femme et sa petite fille dans la maison familiale et se faire élire maire de ce village.
     Lors de sa campagne électorale, il a promis au fils du gendarme assassiné la réouverture de l'enquête sur son père.
    Prisonnier de son passé, se présente alors à lui, l'occasion d'assumer enfin la responsabilité de son meurtre.


    Mais les choses ne sont pas aussi simples.
    A la crainte de nuire à sa famille, s'ajoutent des éléments troublants qui, progressivement, vont révéler à Samuel la face cachée du meurtre et le pousser dans ses derniers retranchements.

     

    J'ai beaucoup aimé ce livre.

    Spirituel, mordant et troublant,

    "Un caillou dans la chaussure" est un roman noir sous le soleil du Sud qui trouve un juste équilibre entre la maîtrise de l'intrigue et la délicatesse romanesque.

     

    Il y a beaucoup à dire sur le personnage principal de ce roman.

    Samuel Marion est un personnage fantasque, singulier, anti-héros et 

    outrageusement provocateur.

     

    "Personne ne pourra m'enlever ce moment de puissance où j'ai supprimé ce parasite de la surface terrestre comme on écrase une sangsue gorgée de sang sous une semelle épaisse".

     

    Mais c'est aussi et surtout un être maltraité, traumatisé et  abîmé dans sa vie d'adolescent et d'adulte.

     

    "Pendant vingt-cinq ans, la pierre de mon coeur s'est endurcie, refroidie, polie". 

     

    "Parfois, j'ai l'impression que je ne suis pas moi, que je suis juste une âme invisible qui flotte et qui oublie que je dois défendre les intérêts de Samuel Marion".

     

    Ce roman a pour décor un très joli village provençal isolé où les manifestations festives ont une grande importance.

     

    "Il s'agirait probablement d'une belle journée, d'une chaude soirée, d'une joyeuse fête et tout le village serait heureux que le nouveau maire ait organisé une telle célébration de l'esprit barjançois originel, celui de la fraternité et de la convivialité".

     

    Il évoque également la nostalgie de l'innocence  perdue avec la comptine préférée de la fille de Samuel "Pirouette cacahuète" en fond musical.

     

    Un roman très bien écrit, non dénué d'humour que je vous recommande fortement!

     

     

     

    Partager sur Facebook

     

    CHRONIQUE PREMIER ROMAN MATHIEU TAZO ICI 


  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Août 2015 à 18:46
    Une très belle chronique pour un roman qui ma énormément plu. Mathieu Tazo fait partie de ces auteurs dont je suis l'oeuvre avec passion !
      • leslecturesdeba Profil de leslecturesdeba
        Lundi 3 Août 2015 à 16:42
        Merci beaucoup! J'avais découvert son premier roman un peu par hasard et me suis empressée de lire son second avec délice. De celui-ci, on pourrait bien en faire un film! Mathieu TAZO est sur Facebook et répond avec gentillesse à toutes les questions de ses lecteurs. C'est toujours très agréable de converser avec lui. Bonne fin de journée!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :