• Paul et Le Chat Anne Calife

    Editions The Menthol house

     

    Ce petit recueil met en scène plusieurs protagonistes :

     

    Paul,  un bébé de neuf mois, Le Chat, Le Printemps et La Mort.

    Et  puis,  il ya Anne, maman de Paul et narratrice  qui observe tout ce petit monde.

     

    Tout au long de ce roman, la vie et la mort se côtoient sans cesse.

    La vie, c’est Paul, ce petit garçon qui, chaque jour fait des progrès.

    "Chaque progrès de Paul, se tenir assis, attraper, marcher, me pousse chaque jour un peu plus vers ma propre fosse".

    Et Paul ne progresse que dans le silence.

    Ces personnages ne parlent pas...

    "Leurs silences sont plus éloquents que tous les bruits de faux bijoux du monde".

    Le silence et pourtant la vie qui  grouille, intensément.

     

    La vie, c’est Le Chat ou plutôt la chatte qui met bas des petits chatons.

    C’est le Printemps qui explose de toutes ses couleurs.

    "..."la météo annonçait un beau fixe, un Printemps splendide".

     

    La Mort c’est la guerre en Irak en toile de fond sur la télévision, déshumanisée par les journalistes.

    "Peu importaient les mots, c'étaient ces images qui me lacéraient, ces images qui passaient, repassaient, infernales..."

    C’est la mort des petits chatons, brutale, amenée par le mari, indifférent, à l’extérieur, exclu de la relation triangulaire feutrée, complice, qui s’est nouée dans la maison.

     

    Paul : « Chaton » de substitution au Chat…

    Paul comble le manque et Le Chat est  « objet » de curiosité sans cesse renouvelé pour Paul.

    Une complicité indéfectible.

    "Même poids, même surface corporelle, Paul et le Chat sont à égalité...Pourtant ils dépendent entièrement de moi...moi seule peux les nourrir, leur apporter de l'affection."

     

    Une écriture poétique, sensuelle, écorchée.

    Tous ces mondes qui se chevauchent ne sont pas toujours simples à appréhender.

    Un peu déroutant parfois.

    La tristesse d'Anne, sa solitude, sa peur de vieillir...

    Cette femme  m'a beaucoup touchée.

     

    Je vous recommande vivement ce petit bijou de lecture  dont on ne sort pas totalement indemne.

     

     

     « Anne Calife commence à écrire à l’âge de 31 ans. Bien que grande lectrice, elle n’a jamais écrit une ligne auparavant.

    Première ligne, première page, premier chapitre… Il y  a « quelque chose », un style…

    Alors s’ensuivent les démarches auprès des éditeurs, les refus, les encouragements et finalement la publication. Parvenir à finaliser ce premier roman était un défi. Anne fonctionne ainsi, elle se lance des défis qu’elle relève.

    Son deuxième grand défi, c’est l’expérience de la rue et la vie auprès des sans abris, témoignage qu’elle rapporte sous forme de roman avec Conte d’asphalte (Albin Michel, 2007) ».

    http://mediatheque.pont-a-mousson.over-blog.fr/article-renconre-entre-anne-calife-ecrivain-et-la-classe-de-stg-du-lycee-j-marquette-vendredi-20-novembre-2009-40483119.html


  • Commentaires

    1
    Anne CALIFE
    Lundi 1er Septembre 2014 à 12:27
    Chère Carpe Diem, Merci infiniment pour votre blog, qui me touche beaucoup. C'est une belle analyse que vous avez écrite, là. Juste un petit détail : sur mon écran, votre délicieux blog apparaît minuscule, est-ce normal ? Vous pouvez me répondre à mon adresse mise en lien. Bien à vous, Anne CALIFE
      • leslecturesdeba Profil de leslecturesdeba
        Mardi 2 Septembre 2014 à 17:00
        Vos compliments me vont droit au coeur Chère Anne! J'ai répondu à votre question sur votre adresse mise en lien. Bien à Vous, Carpe Diem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :