• Mes années Harcourt Pierre-Anthony Allard

    Editions Le Passeur

    Pierre-Anthony Allard

    Photographe et directeur artistique du studio Harcourt

     

    « Je m’affairais dans le studio lorsqu’elle entra, somptueusement habillée et pieds nus. Elle observa l’arrangement de mes lumières avec attention et déclara : « Ah monsieur, si on pouvait encore éclairer les films ainsi que vous le faites ! »

    J’étais tétanisé de bonheur. Elle venait de me délivrer le plus beau des compliments. Non seulement elle appréciait en connaisseuse l’éclairage que je venais de monter, mais Isabelle Huppert encourageait également mes aspirations à retrouver l’atmosphère magique d’Harcourt… »


    dee99c624258ac793ecf04bba2c63a2a49f59800bc78c

     

    Pierre-Anthony Allard...comment avez-vous découvert la photo ?

    "J'ai acheté mon premier appareil photo à 19 ans lors d'un voyage à New York. J'étais comme un dingue et faisais des tas de photos dans la rue. A mon retour en France, j'ai continué mais sans plus. Je voulais faire une école de cinéma, mais j'ai loupé les concours. En1983, je suis donc allé séduire le directeur du Studio Harcourt pour apprendre la lumière de cinéma.

    Racontez votre parcours au Studio Harcourt...

    J'ai commencé au bas de l'échelle. Je saisissais des données informatiques et récupérais des négatifs... J'ai appris la photo en faisant des tirages, car c'est sur le négatif qu'on apprend où est disposée la lumière. Je passais des heures en chambre noire à essayer de la domestiquer. Parallèlement, je voyais beaucoup de films pour observer le travail des chef-opérateurs aux Etats-Unis et en France des années 30 à 50. Le Jour se lève de Marcel Carné, Sunset Boulevard de Billy Wilder... Cette culture est essentielle au photographe. Puis, j'ai réalisé mes propres portraits pour le Studio.

    Vos meilleurs souvenirs ?

    Mes séances photos avec Carole Bouquet, Laetitia Casta, Vincent Lindon... Mais le plus émouvant remonte au jour où une femme très élégante m'a demandé : « Pouvez-vous faire mon portrait ? Je vais mourir dans deux mois et j'aimerais laisser ça à mes enfants ». La grandeur d'Harcourt repose sur les particuliers, plus que sur les stars qui sont souvent pressées ou blasées. C'est un cabinet de psychanalyse extraordinaire car les gens viennent transférer leurs délires sur papier glacé.

    Comment définiriez-vous la griffe Harcourt ?

    Du tirage et de l'éclairage empruntés au cinéma avec une certaine idée de la perfection pour que l'être devienne une icône.

    Vos maîtres à penser en photographie ?

    Le portraitiste américain Steichen, Newton car il a inventé le stylisme et l'art de la mise en scène, Cartier-Bresson pour le reportage évidemment ainsi qu'Elliot Erwitt de l'Agence Magnum.

    Que faîtes-vous depuis votre départ du Studio Harcourt en 2008 ?

    Je suis photographe indépendant. Cela me permet de faire des sujets extrêmement variés et de me remettre en question à chaque fois. En 2010, j'ai réalisé un reportage sur les kiosquiers parisiens confrontés à la chute des ventes de la presse. C'était une forme d'hommage à leur disparition inéluctable. Le magazine Polka a publié une photo de la série et m'a proposé un reportage sur l'insertion des populations noires à Paris, puis des portraits de politiques durant la campagne présidentielle. Mes photos de kiosquiers seront d'ailleurs exposées en mars 2013 devant la Mairie de Paris."

     

    Sources: http://www.sfrjeunestalents.fr/photo/actualites/pierre-anthony-allard-l-idee-de-transmettre-mo-1175038



    La plupart des personnalités ont ainsi défilé devant l’objectif de Pierre-Anthony Allard.

    Le Studio Harcourt est l’une des plus célèbres institutions françaises et porte à lui seul une partie de l’histoire de la photo dans notre pays.

     

    "J'ai fait mon entrée au Studio Harcourt à l'âge de 3 ans et 7mois...J'étais un petit lutin roux perdu dans un monde de géants.Une immense boule qui dispensait de la lumière attira mon attention.Le photographe ne réussit jamais à me faire adopter une autre position que celle qui me tournait vers la lumière.J'étais ensorcelé. Cette fascination pour la lumière ne m'a plus jamais quitté."

     

    Pierre-Anthony Allard fait appel à ses souvenirs et nous confie avec délice les histoires émouvantes et drôles des personnes, célèbres ou anonymes, qu'il a pu rencontrer durant ses années Harcourt

     

    Quand il photographiait les acteurs, c'etait LUI qui avait la parole.

    Pas eux!

    Le studio Harcourt est un haut lieu de la représentation de ce que l'on a de plus intime.

    Or, lorsqu'il n'ya pas de texte à jouer, les acteurs ont du mal à assumer leur représentation,

    leur physique.

     

    Il n'a pas hésité à dire à Mathilde Seigner de cesser de bouger ...

    ou alors il ne faisait pas de photo...

    9c1a155dcd01a17c5fe7ec929058ab4c4dd535b2ce21a

     

     

    Fabrice Luchini

    "Il était d'ailleurs très silencieux, à croire qu'il était intimidé par l'enjeu."

    portrait-of-luchini-fabrice-french-0bc0-diaporama

     

     

    Carole Bouquet

    "Elle était tellement formatée, elle savait tellement à quel point, le millimètre existait dans l'éclairage, que c'est elle qui a fait la photo. Pas moi. J'ai fermé les yeux et j'ai appuyé et la photo était dedans."

    BOUQUET_Carole-24x30-1995
     
     
     
     
    Pierre-Anthony Allard n'a pas photographié que des acteurs, il y avait aussi des anonymes.
     
    Ainsi, cette femme d'une soixantaine d'années, condamnée par la maladie, qui souhaitait un beau portrait d'elle, destiné à ces deux enfants.
     
    Ou encore, le portrait d'un homme décédé, son chien empaillé au pied du lit...
     
     
     
    Entre portraits et confidences, c'est une comédie humaine en miniature qui se dessine au fil des pages.
     
     
     
     
    Pierre-Anthony ALLARD
    "N'ayant pas suivi une voie classique pour mener à l'exercice de cette profession, j'ai poursuivi mon rêve en m'accrochant à des phrases, des bouts de vie d'autrui qui m'avaient fait vibrer et m'avaient incité à ne pas renoncer.
    Puissent ces lignes servirent de détonateur à l'un ou l'une d'entre vous pour vous lancer dans ce qui tient à coeur, et, nonobstant les obstacles, éclairer votre existence!"

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :