• Les nuits mouvementées de l'escargot sauvage Elisabeth Tova Bailey

    Coeur1
     
     
    Photo0393
     
     
    Editions Autrement
     
     
    C'est d'abord la couverture du livre qui m'a attirée (et le titre aussi!):

    Une jeune femme, pelotonnée dans  un lit douillet de mousse, de lichens, de bois et autres plantes des bois,  contemple attentivement, comme fascinée,  un sourire aux lèvres, le sol.

    Beaucoup de douceur, de bien-être, de serénité dans cette photo.
    Une harmonie évidente entre cette femme et la nature qui l'entoure.
    Un équilibre parfait.

    Puis un petit résumé au dos du livre qui m'a donné immédiatement l'envie de lire cet ouvrage et je ne fus pas déçue !
     
     
     
     
     
    fleurspetitemimine1


    A l'âge de 34 ans, lors d'un bref voyage en Europe, Elisabeth est atteinte par un mystérieux virus ou une bactérie pathogène déclenche chez elle de lourds symptômes neurologiques.

    « Quand on est en bonne santé, la vie semble avoir un sens, une raison évidente. Il est effarant de voir à quelle vitesse la maladie balaie ces certitudes ».

    Un jour, une amie d'Elisabeth lui confie un petit escargot.
    C'est le début d'une rencontre rare, réconfortante et pleine d'émerveillement.

    « Pour survivre, il faut pouvoir se concentrer sur quelque chose : une relation, une foi, un espoir en équilibre sur le fil du possible ».

    L'escargot et Elisabeth vivent tous les deux au milieu d'un paysage transformé qu'ils n'ont pas choisi.
    Ils cohabitent.
     
    L'escargot offre à Elisabeth un point d'encrage.
    Ce gastéropode illumine petit à petit l'existence humaine de cette femme.

    Il l'inspire.
    Sa curiosité et sa grâce l'entrainent dans un monde paisible et solitaire.

    « J'étais simplement confinée chez moi, comme un escargot retiré dans sa coquille ».

    Avec cet escargot, Elisabeth apprend la résilience, la patience et retouve l'espoir.

    « Regarder un autre être vivant mener son chemin m'a en quelque sorte donné un but à moi aussi, qui l'observais ».

    Elle l'avait regardé s'adapter à des conditions différentes, et persévérer.
    Il l'avait divertie et instruite.

    « L'escargot avait été pour moi un véritable mentor. Sa minuscule existence m'avait soutenue ».


    L'important n'est pas tant notre propre survie, ni même celle de notre espèce : c'est que la vie elle-même continue à évoluer.
     
     
     
    Ce premier roman, très poétique, empli d'informations scientifiques tout à fait accessibles est un vrai coup de coeur pour moi!
     
     
     
     
     
     
    Merci beaucoup aux Editions Autrement de m'avoir fait découvrir ce très beau livre!
     

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :