• Family Killer Francis Huster

     

    Après les serial killers, voici les family killers...

    Francis Huster, acteur et metteur en scène, publie "Family killer" aux éditions Le Passeur, un polar , tout en noir et jaune, inspiré directement de l 'affaire Xavier Dupont de Ligonnès.

    Pour Francis Huster, le grand sujet des polars dans les prochaines années sera les family killers, les tueurs de famille.

    Pour le comédien, "le family killer, c’est le cancer du crime. Tout le monde peut attraper un cancer".

     

    Ce polar ne traite pas directement de la tuerie de Nantes.

     

    Été 2013. Un père tue sa femme et ses enfants de sang-froid avant de disparaître dans la nature.

    Après des semaines d’enquête infructueuse, la police contacte François Holzer, ex-flic au passé tourmenté et aux méthodes peu orthodoxes.

     

    Une sombre histoire, avec un flic qui ne ressemble pas aux autres et qui… enregistre toutes ses conversations. Des conversations que François Holzer retranscrit donc tout au long des 49 chapitres.

    « Voici la transcription exacte des enregistrements volés, effectués tout au long de mon enquête. Vous serez soumis à la même épreuve que moi, n’en saurez ni plus ni moins. Ce que j’ai entendu, vous l’entendrez. Ce que ces gens m’ont tu vous sera tu. Pas de narration bidon.
    Un flic n’est que l’archéologue de l’âme d’un assassin. Il lui faut creuser au plus profond, parfois jusqu’à une absurdité plus insaisissable que la folie. J’ai creusé, à en déchirer mes ongles jusqu’au sang, dans les bassesses les plus répugnantes.
    Cette enquête est de celles que j’aurais préféré ne jamais avoir vécu et enregistré. Elle m’a obligé à saisir aussi ma propre voix et à descendre, terrifié, jusqu’aux tréfonds de moi-même. Je vous invite à m’y accompagner et à décrypter ces voix.
    » Fr. Holzer.

     

    Photo1411
     
    Bravo Monsieur Huster!
     
    Vous auriez pu être prétentieux, vouloir donner dans le polar snob.
    C’est tout le contraire!
     
    Votre petite lettre qui accompagne le livre en témoigne, vous n’êtes pas prétentieux du tout : « Je ne me sens pas écrivain. Les écrivains ont le talent pour décrire et rehausser les expériences avec talent et précision, pour comme l’on dit, peindre et installer une atmosphère de polar. Ici, dans ce simple ouvrage, il n’y a que les mots de la vie, le dialogue banal et quotidien, la seule chose à laquelle peuvent se raccrocher tous ces flics dans leur vie tordue. Par cette nudité âpre mais réelle, j’ai voulu leur rendre hommage. »
     
    C'est chose faite!
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :